Gestion du stress

PDF
Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Vendredi, 11 Septembre 2009 12:44

Gestion du stress

Initialement appliquée dans la prévention des maladies cardio-vasculaire, la cohérence cardiaque est de plus en plus utilisée dans la gestion du stress, de l'anxiété et de la régulation émotionnelle.

La cohérence cardiaque est issue des neurosciences et de la cardiologie, et a été vulgarisée par David Servan Schreiber dans son livre "Guérir le stress, l’anxiété, la dépression (sans médicaments ni psychanalyse)".
C'est une manière particulière de respirer et de se centrer sur soi, permettant de retrouver rapidement son calme et ses ressources mentales et émotionnelles.

L'apprentissage de la cohérence cardiaque permet d'avoir à sa disposition un outil de réduction du stress extrêmement simple rapide et efficace.

Grâce au feed-back donné par le logiciel, vous pourrez vérifier et améliorer en temps réel l'impact des exercices sur votre propre physiologie. Vous apprendrez comment conditionner votre organisme à rester en permanence dans cette cohérence.

Ainsi vous disposerez d'un moyen efficace pour améliorer les paramètres de santé de tout votre organisme et pour augmenter vos capacités créatives et intuitives.

 

Coeur et cerveau connecté
Les liens qui unissent le coeur avec le cerveau sont nombreux. Vous l'avez certainement remarqué : à la moindre émotion, la moindre peur, votre coeur s'emballe. Mais ce que vous savez peut-être moins, c'est que les liens entre coeur et cerveau sont réciproques : calmer les battements de ce muscle permet de faire disparaître les tempêtes sous le crâne ! Il suffit pour s'en convaincre de prendre de grandes inspirations lorsque l'on est énervé et d'observer le ralentissement des battements de son coeur… et réciproquement, de calmer le cerveau.

Les neuroscientifiques ont découvert que le coeur possède son propre système nerveux (appélé le cerveau du coeur), composé d'au moins 40000 neurones. Ce système neuronal relaie l'information au cerveau en créant ainsi un système de communication à double sens entre le cerveau et le coeur. Les battements du coeur se transforment en impulsions neuronales et influencent directement les centres nerveux supérieurs tels que l'amygdale, le thalamus (faisant partie du système limbique, siège des émotions).
L'amygdale active également le système hormonal. Lors de stress, les principales hormones qui influent sur notre rendement sont l'adrénaline et le cortisol, ainsi que la DHEA, antidote du cortisol produite en même temps. Le cortisol est appelé l'hormone du "stress" alors la DHEA est aussi appelée l'hormone "anti-vieillissement".

De par les battements, le coeur produit un véritable champs électromagnétique par lequel les informations se propagent dans l'ensemble du corp et même au delà. Lorsque les rythmes cardiaques deviennent plus ordonnés ou cohérents, le champs électromagnétique produit par le coeur le devient également (l'intelligence du coeur - Doc Childre et Howard Martin). Ceci expliquerait pourquoi nous nous sentons bien à côté de certaines personnes et moins bien à côté d'autres : instinctivement nous ressentons la cohérence de l'autre et l'apprécions.

Notre coeur et notre cerveau sont donc étroitement reliés entre eux et fonctionnent de concert sous le contrôle de notre système nerveux autonome. Celui-ci se compose de 2 branches distinctes et opposées :
- le système nerveux sympathique qui joue le rôle d'accélérateur cardiaque et il met donc l'organisme en alerte et le prépare à l'activité physique ou intellectuelle
- le système parasympathique qui amène un ralentissement général des fonctions de l'organisme afin de conserver l'énergie.
Sous l’action des 2 branches du système nerveux autonome, le cœur subit des accélérations et décélérations permanentes. Donc, la fréquence cardiaque n’est jamais stable bien que chez l'adulte, elle se situe en général autour de 70 battements par minute (en moyenne). Cette fréquence subit des variations permanentes et le temps qui sépare deux battements varie donc constamment : c’est la variabilité cardiaque instantanée.


Variabilité du rythme cardiaque
Le reflet direct de ce va-et-vient entre le cœur et le cerveau émotionnel est la variabilité des battements du cœur.
Puisque les deux branches du système nerveux autonome tendent toujours à maintenir l'équilibre, elles sont constamment en train de ralentir et d’accélérer le cœur. L’intervalle entre deux battements successifs n’est ainsi jamais le même, et cette variabilité est en soi très saine puisqu’elle est le signe du bon fonctionnement du frein et de l’accélérateur, et donc de toute notre physiologie.

La mesure de cette variabilité nous informe directement sur notre état d’esprit. En situation d’anxiété ou de stress, de doute ou de tristesse, de fatigue, les variations sont faibles et chaotiques, et se succèdent de manière irrégulière et dispersée. Cela a pour conséquence d'inhiber certains centres cérébraux, affectant et parasitant notre capacité à prendre des décisions ainsi que de contracter les vaisseaux sanguins, d'augmenter la pression sanguine et de gaspiller beaucoup d'énergie. Le stress implique plus de 1400 réactions physiques et chimiques et plus de 30 hormones et neurotransmetteurs (source : Institut HeartMath). En revanche, lorsque l’esprit est apaisé, la variabilité des battements du cœur est forte, les phases d’accélération et de décélération montrent une alternance régulière : c’est l’état de cohérence cardiaque ou cohérence psychologique.

Les mouvements respiratoires influencent également sur notre système nerveux autonome.
Le rythme cardiaque s'accélère à l'inspiration en inhibant temporairement l'influence du parasympathique et diminue à l'expiration en stimulant le système parasympathique. En terme médical, l'équilibre parfait se nomme l'arythmie sinusale respiratoire, l'équivalent de la cohérence cardiaque.


Cohérence cardiaque
On parle de cohérence cardiaque, lorsque la variabilité de la fréquence est régulière. Il s'agit du couplage et de la synchronisation du rythme respiratoire au rythme cardiaque.

En apprenant donc à contrôler notre coeur, nous apprenons à apprivoiser notre cerveau émotionnel (cerveau limbique).

Durant les périodes de cohérence cardiaque, notre corps fonctionne à un niveau plus élevé de synchronisation, d'efficacité et d'harmonie. Ceci se traduit par une amélioration émotionnelle, de la santé et des performances générales.

Des études scientifiques menées par l'Institut HeartMath sur diverses populations ont montré qu'une augmentation de la cohérence cardiaque était associée à une diminution de l'anxiété et de la dépression, une diminution des symptômes physiques liés au stress, une amélioration du système immunitaire, une diminution du cortisol et une augmentation de la DHEA.


Bienfaits de la cohérence cardiaque

Au niveau physique :

  • vous avez plus d’énergie (on dépense 5 fois plus d'énergie quand on est stressé que quand on est détendu pour faire la même chose…)
  • vous retrouvez votre vitalité
  • vous ralentissez le processus du vieillissement
  • vous améliorez votre santé
  • vous prévenez les maladies reliées au stress (anxiété, trouble panique, hypertension, insomnie, burn-out, etc.)
  • vous améliorez la qualité de votre sommeil
  • vous diminuez votre pression artérielle

Au niveau intellectuel :

  • utilisation très nettement accrue de notre potentiel intellectuel
  • votre pensée est plus fluide et claire
  • vous êtes en pleine possession de vos moyens
  • vous augmentez votre concentration
  • vous améliorez votre capacité à prendre des décisions

Au niveau émotionnel :

  • vous avez un meilleur discernement
  • vous êtes plus stable, plus posé
  • vous éprouvez un sentiment de calme et de paix
  • vous diminuez votre anxiété

Au niveau performance :

  • vous restez performant sous pression


Biofeedback de cohérence cardiaque
Le biofeedback est un procédé qui permet à un individu d'apprendre à modifier son activité physiologique dans le but d'améliorer sa santé et ses performances.
J'utilise un instrument de mesure, qui enregistre les accélérations et décélérations de votre rythme cardiaque.
Un logiciel transforme le signal et un écran permet de visualiser sous forme de courbe l'intensité en fonction du temps.
La représentation de ces informations (souvent en relation avec les changements dans les pensées, les émotions et le comportement) montrent les modifications physiologiques souhaitées. Au fil du temps, ces modifications pourront être reproduites sans le recours à cet instrument.

Quelques chiffres
Aux Etats-Unis, on a constaté qu'un groupe de patients souffrant d'insuffisance cardiaque et entraîné à la cohérence a - au bout de six semaines - fait baisser son niveau de stress de 22% et de dépression de 34%.

Des milliers de cadres ont suivi des formations au Heartmath Institute, en Californie. Sur le plan physique, après un mois de pratique, leur tension avait baissé autant que s'ils avaient perdu 20 kg, et deux fois plus qu'avec un régime sans sel. Leur taux de DHEA (l'hormone « de jouvence ») a vu son niveau moyen augmenter de 100%.

Les participants à ces formations ont décrit une nouvelle capacité à gérer leurs émotions. Selon eux, la pratique de la cohérence leur a permis d'admettre que les passages de colère et de négativité ne leur apportaient rien. La proportion d'employés qui se disaient anxieux est passée de 33% à 5%, ceux qui se disaient en colère de 20% à 8%.

Au niveau des relations sociales, les groupes qui ont appris à réguler leurs émotions travaillent de manière plus harmonieuse.

Dans un hôpital de la région de Chicago où les infirmières avaient suivi une formation, leur taux de départ dans l'année suivant la formation a chuté de 20% à 4%.

Les études menées en entreprise montrent que la pratique de la cohérence entraîne une diminution des symptômes habituels du stress. Le nombre de cadres qui se disaient avoir des palpitations « souvent ou presque tout le temps » est passé de 47% à 30% en six semaines, et à 25% en trois mois. Pour les symptômes de tension dans le corps, les chiffres sont passés de 41% à 15%, puis à 6%. Pour l'insomnie, de 34% à 6%, pour le sentiment d'épuisement de 50% à 12%.

Alors ? Tenté par ce qu'on en dit ou préférez-vous essayer ?

Mis à jour ( Jeudi, 03 Décembre 2009 09:41 )

PSYCHOPRATICIENNE

"Je ne vous abandonnerai jamais. Si vous faites tout pour me rendre inutile aussi vite que possible" O. Cottencin, Y Doutrelugne

Lire la suite >

COACHING

"On ne peut rien enseigner à autrui, on ne peut que l'aider à le découvrir lui-même" Galilée

Lire la suite >

GESTION DU STRESS

"Le stress ne résulte pas d'un surcroît de travail mais de notre incapacité à respecter les engagements que nous nous sommes fixés à nous-même"

Lire la suite >